La partie 4 de l'intrigue est disponible ici!
Venez faire réagir vos personnes suivant la partie de Genesis dans l'intrigue ici!

 :: Exploration :: Poudlard :: Sixième et septième étage :: Toilette des garçons Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vidya x Lysander - Demons - Flashback

avatar
Messages : 325
gallions : 2041
Voir le profil de l'utilisateur http://doptest.forumactif.com
Dim 25 Juin - 11:37


VIDYA ET LYSANDER


© Jyn & Wolfela

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité
Ven 29 Sep - 12:39
Having Fun Yeah ?Il y avait quelque chose chez Vidya que je ne pouvais déceler, mais qui m’interpellait énormément. Une force externe me poussait vers elle comme un aimant que je ne pouvais arrêter. Cette Serpentard est magnifique, je ne vais pas le cacher, avec un caractère proche du miens quand Lysandre me laisse sortir. Un état d'esprit cruel et noir que personne ne peut comprendre à part elle apparemment.

Lorsqu'elle tourne autour de moi je n'ai qu'une envie c'est d'agripper une nouvelle fois son cou avec mes mains. J'ai aimé la voir souffrir dû au manque d'air, j'ai aimé la voir se battre et tousser violemment pour rester en vie. C'était si  sexy, si appelant. J'ai envie qu'elle refasse sa maligne avec moi, pour pouvoir la toucher encore une fois, pour sentir sa peau chauffant fortement sous mes mains.

M'avançant d'un pas vers elle, un sourire vicieux plaqué sur les lèvres, je me baisse au niveau de sa petite frimousse. Elle est si petite.

"M'amuser avec toi ?"

J'approche ma main de son visage pour donner l'impression que je vais caresser sa joue doucement, mais j'attrape son cou juste sous son menton et tourne sa tête violemment vers la gauche pour avoir accès à son oreille. Je me penche donc, mordille doucement son oreille avant de lui chuchoter quelque mot.

"Pourquoi voudrais-je m'amuser avec une fille irrésistiblement méchante ?"

Je la lâche brutalement et rigole en me reculant rapidement. M'amuser avec elle. Elle pense sûrement que je vais l'aider à torturer ses victimes. L'aider dans ses plans machiavéliques pour faire souffrir les gens incompétents et stupides. Voir dans leurs yeux le désespoir et la peur qu'ils ressentent à ce moment, c'est tout de même tentant. Mais pas suffisant.

"Je dois dire que le fait de faire souffrir les gens m'excite, mais pour ressentir un pur plaisir il me faut beaucoup plus que ça Vidya."

L'excitation que je pourrai ressentir en faisant du mal avec elle me dépasse. J'imagine tellement de chose que je pourrai faire aux victimes avec elle et ce que je pourrai lui faire après.
Mes yeux s'assombrissent de plus en plus à ses pensées. Je vois dans son regarde qu'elle se demande ce qu'il se passe mais elle essaye de la cacher en portant son masque de fille vicieuse et cruelle. C'est une novice pour moi. Une amatrice de la cruauté pour le moment, elle ne sait pas ce qu'elle fait, elle est imprécise, elle ne prend pas de précautions pour le faire, c'est encore un peu grossier. J'ai tant de choses à lui apprendre.

"As-tu déjà goûter au plaisir charnelle ma petite mmh ? As-tu déjà associer le mal et le plaisir, la cruauté et l'amusement ? As-tu déjà eu envie ? Es-tu déjà aller jusqu'à surpasser cette excitation de faire souffrir les gens par le physique ?"

Je tourne autour de la jeune fille en face de moi, frôlant son corps avec mes bras. Je m'arrête derrière elle, passant mes mains légèrement sur ses bras avant d'attraper son cou d'une main et la bloquer contre moi.

"Penses-tu surmonter ce que j'entends par amusement ? Je ne fais pas seulement souffrir les gens Vidya."

Je la retourne vers moi fortement, je sens son cou vibrer sous ma main, sa peau aussi chaude que la braise brûlant ma paume.

"Je les tue."
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité
Ven 29 Sep - 14:41
Tu veux traquer le Mal, mais le Mal n'en a rien à foutre de toi. Il va te détruire et te laissera seule, c'est tout. Le Mal gagne toujours à la fin, crois-moi...(Enter Shikari → The Last Garrison)Still alive : there’s still air in my lungs, still blood in my veins.J’avais toujours du mal à comprendre comment il était passé du garçon mielleux et sans intérêt à cette personne si fascinante, si enivrante. Je me perdais dans ses yeux emplis de haine, de passion, d’envie. Le fait qu’il soit si grand et si puissant me faisait frissonner de la tête au pied. Certains aiment les princes charmant niais, moi je trouve qu’il n’y a rien de plus sexy qu’un homme sous sa forme la plus bestiale. J’avais envie qu’il recommence, qu’il me plaque violement contre un mur sans se soucier de ce qui pouvait m’arriver. Je voulais encore sentir cette emprise sur moi, une force que je ne pouvais stopper. Une force contre laquelle je ne pouvais rien, moi, Vidya Zabini. Est-ce cela qui me plaisait tellement ?

Je voulais le regarder sous toutes ses coutures afin de mieux le cerner, de mieux le comprendre. Il ne laissait rien transparaitre mais son regard trahissait l’excitation qui montait en lui au fur et à mesure que je me rapprochais, je voulais poser mes ongles parfaitement manucurés sur sa peau, l’entailler peut-être même. Je me demandais quel visage il pouvait avoir lorsqu’il souffrait. Mais alors que je m’apprêtais à lui poser la main dessus, il s’approchai de moi, répondant à ma question posée un peu auparavant.

Soudain, je les senties à nouveau. Ses mains sur ma gorge. Cet homme ne cessait de me surprendre, j’aimais être surprise, j’aimais le fait qu’il soit imprédictible.
Je ne voulais rien laisser transparaitre non plus, mais son corps si près du mien, son souffle sur ma nuque encore chaude du contact, ses dents légèrement déposées sur mon oreille. Je n’en voulais que d’avantage, j’aurai voulu m’y abandonner totalement. Mais je m’y refusai. Hors de question qu’il voit l’emprise qu’il avait sur moi.
Ce fût le premier à rompre la proximité qu’il y avait entre nous. Un petit rire mesquin m’échappa.
Je me demande combien de temps il sera capable de résister si il n’arrive pas à rester plus longtemps près de moi.

Le souffle coupé, le cou tâché de marques rouges, je l’écoutait attentivement.

"Je dois dire que le fait de faire souffrir les gens m'excite, mais pour ressentir un pur plaisir il me faut beaucoup plus que ça Vydia."

Je sentis alors comme si l’on me donnait un coup un bas de l’estomac, la tension était palpable, cette simple phrase avait de nouveau fait se dresser chaque poil de mon corps.
Les images qui me venaient à l’esprit étaient des plus délicieuses, je nous y voyais, blessant, torturant, tuant. Se délectant de ce morbide spectacle avant de s’adonner à une nuit endiablée.
C’était la perception d’animaux en pleine chasse, fêtant le plaisir de la traque. Un loup sanguinaire se délectant du sang de ses victimes.

"As-tu déjà goûter au plaisir charnelle ma petite mmh ? As-tu déjà associer le mal et le plaisir, la cruauté et l'amusement ? As-tu déjà eu envie ? Es-tu déjà allé jusqu'à surpasser cette excitation de faire souffrir les gens par le physique ?" 

Je n’avais qu’une envie, en apprendre plus. Plus sur lui, plus sur son monde, sur sa façon de se comporter. J’étais certaine qu’il serait un bon professeur. Mon regard mêlait à la fois soif de sang et luxure mais aussi une lueur bien plus inquiétante. Celle d’une femme prête à tout pour connaître le plaisir que Lysandre semblait connaitre. Il me retourna vers lui, nos corps ne faisaient plus qu’un. Je nichai ma tête dans son coup, et le mordit légèrement. Un sourire toujours aussi malicieux posé sur mes lèvres.
Je n’étais même pas effrayée. Je n’avais même pas bronché lorsqu’il avait prononcé les mots « je les tue »
Donner la mort ne m’effrayait pas, seul le fait de me faire prendre me faisait réellement peur.

« Tuer ne m’effraie guère mon cher. »

Je m’éloignai à nouveau de lui, ce jeu du chat et de la souris me plaisait de plus en plus. Je passai derrière lui, laissant mes ongles lui caresser le bras au passage. L’ignorant quelques instants je m’observais dans le miroir. Je remis mes splendides boucles brunes en place et contemplai avec adoration les marques qui couvraient mon cou.
Puis je revins de nouveau vers lui, me hissant à son oreille pour lui susurrer : « Apprends-moi. »

J’aurais souhaité partager plus à cet instant, j’aurais voulu balancer la tête en arrière et qu’il s’emparer de mes lèvres pulpeuses. Mais j’avais l’étrange sensation que je n’aurais pas ce que je veux.

Je plongeai de nouveau mon regard dans le sien, si intense. J’avais l’impression que la pièce était chargée d’électricité et que le moindre contact pourrait me faire brûler.
Je m’interrogeais sur tellement de choses : combien de temps allait-il rester ainsi ? Allais-je le revoir sous cette forme ? Car le Londubat qu’il était avant me paraissait tellement fade… Mais je trouverai les réponses à mes questions plus tard, j’étais bien trop excitée pour me creuser l’esprit.
.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité
Mer 4 Oct - 14:13
Lysandre x Vidya

Baby I'm your worst nightmareApprendre. Elle voulait apprendre.

"Apprendre, ça ne s'apprend pas princesse, c'est inné."

C'est faux, évidemment que ça s'apprend. J'adorerai lui apprendre d'ailleurs, mais je veux qu'elle me supplie, je veux qu'elle mande mon aide. Je l'attrape d'un coup par la taille, la soulève et l'assoie sur un des lavabos. Mes mains caressent ses cuisses et mon corps se place automatiquement entre ses jambes.

"Tu penses que tuer des gens s'apprend ? Le fait de ressentir ce plaisir quand tu prends la vie de quelqu'un, d'aimer voir la peur dans leur yeux, de ne rien ressentir lorsqu'ils poussent leur dernier souffle ? Es-tu prête Vidya ? Penses-tu honnêtement que tu serais capable d'être complètement impassible à ce qui se passera en face de toi ?"

Je sais très bien qu'elle est prête, je le sens. Cette fille est d'une noirceur au plus profond d'elle, elle en est exquise. Je veux la voir tuer, je veux la voir aimer prendre la vie de quelqu'un et en rire presque. Je l'imagine déjà plaine de sang avec moi, me regardant avec son fameux sourire magnifique. Comment une créature aussi éblouissante qu'elle peut être enfermée dans un endroit pareil ?

Je m'approche de son visage doucement, nos nez se touchent presque. J'accentue ma respiration pour qu'elle la sente vibrer sur lèvres, pour qu'elle en demande plus, pour qu'elle craque une bonne fois pour toute. Si elle craque elle est à moi pour toujours.

"Ma si douce créature. Ma si jolie cruelle. Ne penses-tu pas qu'il est beaucoup trop dangereux de rester près de moi ? N'as-tu pas peur d'être MA prochaine victime ?"

Je m'éloigne encore une fois d'elle et ris fort. Je veux qu'elle se sente vulnérable avec moi, je veux qu'elle se soumette à tous mes désires.

"Je pourrai t'apprendre deux trois petites choses, mais il y a toujours un prix à payer princesse mmh."

Je me tourne vers elle et la regarde d'un regard perçant et profond.

"Je veux que tu me supplie de t'aider, je veux que tu ressente ce besoin d'être avec moi, je veux que mon aide soit maintenant indispensable pour toi."

Je me rapproche petit à petit de son corps, lui apportant mon touché encore une fois. Attrapant sa gorge dans ma main droite et ses fesses dans ma main gauche.

"Je veux voir ta peau devenir rouge, je veux voir ton corps demandé le miens. Crois-tu être capable d'apprendre avec moi ?"

Je lâche sa gorge pour diriger ma main sur sa nuque, mais je dévie au dernier moment pour attraper ses cheveux et les tirer en arrière penchant sa tête me donnant accès à son cou. Je passe ma langue sur ses veines en mordillant de temps en temps. Je me retiens de faire tellement plus avec elle.

"Étape 1, choisir sa victime."
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité
Mer 4 Oct - 18:11
TENSION J’essayais de réfléchir à ses paroles, à ce qu’il me disait, mais ses mains sur mon corps me faisaient l’effet d’électrochocs. Je ne saurai vous dire ce qui me plaisait autant, la violence, cette sensation d’insécurité lorsqu’il avait ses mains sur ma gorge. J’aurais pu être terrifiée à l’idée d’être sa prochaine victime, mais ce risque m’excitait encore d’avantage. J’aimais jouer avec le feu. Assise sur le lavabo, ma respiration devenait haletante, il était d’une force impressionnante, me soulevant sans le moindre effort. Ses caresses me semblait douces comparer à son regard.

"Tu penses que tuer des gens s'apprend ? Le fait de ressentir ce plaisir quand tu prends la vie de quelqu'un, d'aimer voir la peur dans leur yeux, de ne rien ressentir lorsqu'ils poussent leur dernier souffle ? Es-tu prête Vidya ? Penses-tu honnêtement que tu serais capable d'être complètement impassible à ce qui se passera en face de toi ?"

Un rire diabolique s’échappa de ma gorge. Pour qui me prenait-il ? Bien sûr que j’en était capable/

« Impassible ? Ne rien ressentir ? C’est faux, je ressentirais bien quelque chose… La puissance. » Je souriais malicieusement, rapprochant mon visage du sien en même temps que lui.

« La jouissance de sentir que leurs vies m’appartiennent, que je peux en faire ce que je veux. Le plein pouvoir. »

J’avais moi-même poussé ma mère adoptive au suicide de mon jeune âge, qui sait de quoi je serais capable aujourd’hui si je m’y mettais réellement. Je n’avais peur de rien, ni du sang, ni des hurlements. J’aimais le sentiment que cela me procure. J’étais cependant insultée de voir qu’il ne m’en pensait pas capable, si-là était le fond de sa pensée il risquerait d’être surpris.
Son visage était si près du mien que nos lèvres s’effleuraient lorsque nous parlions. Je le désirais, je voulais qu’il m’appartienne. Je voulais qu’il craque.

"Ma si douce créature. Ma si jolie cruelle. Ne penses-tu pas qu'il est beaucoup trop dangereux de rester près de moi ? N'as-tu pas peur d'être MA prochaine victime ?"

Je le regardai s’éloigner de moi avec un soupir de mécontentement. J’avalais ma salive à bout de souffle. Lutter contre cette attirance me prenait toutes mes forces. Je me sentais faible et je détestais cela. Je me redressai fièrement et remis mes cheveux en place.

« Moi ? Peur ? Je pense que tu t'adresses à la mauvaise personne mon cher. »

Je voulais lui faire un clin d'oeil malicieux mais mes yeux se perdaient dans son regard. C’était comme sauter dans un trou noir, tout le reste autour de nous disparaissait. Il ne restait que nous, nous et cette tension de plus en plus pesante. Je n’avais cependant pas bougé du lavabo, feignant de n’en avoir rien à faire. Cependant lorsque sa peau toucha de nouveau la mienne, je me sentais vivre à nouveau. Je n’étais pas le genre à supplier, ni le genre de personne à avoir besoin d’aide à vrai dire. Je le laissai toucher mon corps à sa guise, écoutant ses paroles d’une oreille, déconcentrée par notre proximité.

"Je veux voir ta peau devenir rouge, je veux voir ton corps demandé le miens. Crois-tu être capable d'apprendre avec moi ?"

Pour la partie de mon corps qui demande le sien, je pense qu’il n’y aura pas de problème ma fois. Mais avait-il seulement quelque chose à m’apprendre ? Il me prenait pour une débutante.
Mon caractère de sournoise revenait à me demander comment je pourrais me servir de lui mais j’étais bien trop faible mentalement parlant pour y réfléchir.

Lorsque ma tête fut projetée en arrière, c’était comme si toutes mes pensées étaient parties avec. Je ne pouvais penser à rien d’autre, j’étais totalement sous son emprise. Je voulais inverser la tendance, je voulais jouer avec lui de la même façon dont il jouait avec moi. Nous étions semblables.
Je serrai mes jambes autour de sa taille laissant mes mains glisser sur son dos musclé sur lequel je déposa une belle marque de griffure.

« Ma victime ? »

Répondis-je du tac au tac. Je parlais en murmurant, d’une voix sensuelle et vicieuse. J’étais un véritable serpent.
Ma première victime, c'est toi.
Je n'avais aucunement peur de lui, la seule peur que j'avais c'était que l'on s'arrête en si bon chemin. La frustration serait insupportable et je devrais certainement trouver un abrutit pour répondre à l'appel de la chaire. Lorsqu'elle serait rassasiée je pourrais à nouveau avoir l'esprit clair. Actuellement mes pensées étaient emplies d'un brouillard sombre et s'entrechoquaient les unes entre les autres. J'avais chaud par dessus le tout, s'en était insupportable. Je ne pouvais plus rester assise sur ce lavabo, il fallait que j'agisse.
Je redressai ma tête malgré qu'il tienne encore ma crinière entre ses doigts, ce qui sembla le surprendre. Je posai fermement mes mains sur sa nuque de façon à ce qu'il ne puisse reculer la tête. Je déposai mes lèvres sur les siennes, lui offrant un baiser enflammé et mordant au passage la lèvre inférieure.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité
Ven 13 Oct - 8:49
The Death GameI used to see in color now it's just a wave of gray feel it pull me under drowning in the disarray there's no escapeElle avait enfin craqué. Vidya a enfin succombé à la tentation. Ses lèvres se posent sur les mienne violemment et c'est à ce moment que tout part. J'attrape ses hanches pour les coller à moi, sentir ses courbes sur mon corps. Je descends ma bouche dans son cou et mordille doucement tout en caressant son corps avec mes grandes mains. Je le pousse contre un mur des toilettes pour la caler avant d'attraper ses cuisses et de les faire entourer autour de moi. Je déchire son t-shirt pour libérer sa poitrine et plonger ma tête dedans. L'atmosphère autour de nous devient de plus en plus chaud, la tension est intense et j'adore ça. Mon t-shirt tombe très vite au sol aussi, pour que Vidya puisse apprécier mon torse. Nos peaux brûlantes se touchent rapidement et la sensation est extraordinaire. Je n'ai ressenti ça avec personne d'autre et j'en veux plus.

"Tu es faible."

Je voulais aller plus loin, je voulais pouvoir la toucher encore plus, j'aurai aimé la sentir encore une fois, mais ce n'est pas possible.

Je lâche Vidya brutalement et me recule. J'ai d'un seul coup très mal à la tête, mes genoux sont faibles. Je tombe par terre ma tête entre mes mains.

Lysandre revient.

Je le déteste. Je déteste lorsque mon démon prend le dessus. Après avoir repris mes esprits quelque peu je m'assoie et regarde mon entourage. Je me rends compte que je suis torse nu dans les toilettes. Quest-ce que je fou torse nu putain ? Je sursaute rapidement lorsqu'un bruit se fait entendre près de la porte. En face de moi se trouve une fille à moitié nue elle aussi.

"Merde putain"

Mais dans quoi je me suis foutu… Je ne sais absolument pas qui est cette fille, même si je dois dire qu'elle est vraiment magnifique.

"Je…je qui es-tu ?"

Je me lève pour remettre mon t-shirt, parce que c'est quand même gênant. Pas parce que j'ai honte non pas du tout, je suis plutôt fier de mon corps, mais plus parce que je ne connais pas cette fille. Une fois mon t-shirt remis je me gratte la nuque gêné de la voir encore en sous-vêtement devant moi. Ça n'a pas l'air de la déranger plus que ça. Pas que ça me dérange aussi, mais quand même un minimum de respect pour sois-même. On ne se connaît pas voyons.
Bref j'essaye de me ressaisir un peu. Je suis vraiment très perdu sur la situation. C'est toujours la même chose de toute façon, quand mon démon prend le dessus, je ne me rappelle jamais de rien, je ne sais jamais ce qu'il fait et j'ai donc peur. J'ai peur de ce qu'il peut faire sans que j'en sois conscient.

"Je peux savoir ce qu'il c'est passé ?"
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité
Ven 13 Oct - 9:47
Je suis Vidya Zabini« Tu es faible »

Ces mots résonnaient dans ma tête, ils tournaient dans mon cerveau, rebondissaient contre les parois avant de s’éteindre et de se perdre dans le néant qu’était mon cerveau actuellement. Faible ? Je sentais en moi l’envie qui le dévorait de l’intérieur. Il était tout aussi faible que moi. Il me désirait tout autant et peut-être même plus encore. Si j’étais faible, moi, Vidya Zabini alors lui, qu’était-il ?

Nous étions si proches que nos corps ne faisaient presque plus qu’un, ma peau se découvrait petit à petit, la fraicheur de la pièce comparée à la chaleur de nos corps était plus qu’agréable. Je penchai ma tête en arrière afin de lui laisser un plus grand accès à mon cou. C’était mon point faible, le cou, les oreilles, la nuque. J’aurais pu le laisser faire un moment si je n’avais pas été prise d’une violente envie de lui enlever tous ses vêtements.
Mon t-shirt avait à présent rejoint ma robe de sorcier sur le sol des toilettes, laissant apparaitre sous ses yeux ma magnifique lingerie, de quoi faire changer un gay de bord si vous me demandez mon avis. Mon dos touchait le mur gelé des toilettes alors que mes cuisses s’entouraient autour de lui. Il n’y a rien de plus agréable que ce contraste. Je n’avais qu’une envie, me jeter sur lui. Le faire mien. Retrouver ses lèvres, caresser son torse…

Je laissais mes mains glisser le long de ses bras, puis les guida en direction de sa nuque, l’une continuant son chemin vers les cheveux blonds du jeune homme. Je les attrapai fermement mais sans les tirer et l’embrassa de nouveau. Un baiser enflammé dans lequel je lui mordillait la lèvre avec passion. J’en voulais plus. Tellement plus. J’étais à bout de souffle, tout mon corps était tendu par la tension, ses caresses étaient devenues une véritable torture. Je me refusais à le supplier d’en faire plus. Je n’étais pas ce genre de fille, j’étais plus du genre à prendre les devants. Alors que je m’apprêtais à descendre son pantalon, je me sentis violemment propulsée sur le sol. Outch. D’accord, noté. Je ne prendrais plus les devant.

Lorsque je relevai le regard afin de lui demander ce qu’il faisait, je remarquai que ses yeux étaient différents, son visage était le même, mais lui était différent. Nous étions tous deux sur le sol, je me relevai donc rapidement, suspicieuse et curieuse de comprendre ce phénomène. Je l’observai comme une bête étrange subissant un contrôle. J’étais frustrée, à bout de souffle, encore sous tension. Mes cheveux en bataille me donnait un air encore plus sexy. Je tournai autour de lui, mes talons claquant sur le sol. Je ne comprenais pas vraiment ce qu’il se passait mais je ne voulais pas que cela se termine ainsi, je ne le supporterai pas. J’étais si intriguée que j’en oubliais mon accoutrement.

Lui, ne semblait rien comprendre non plus. Il ne savait pas qui j’étais ni ce qui venait de se passer entre nous. On aurait dit un sortilège d’oubliette. Une malédiction magie peut-être ?
J’étais plongée dans mes pensées, je n’entendis même pas sa question. J’aurais voulu lui interdire de se rhabiller. Que faire ? Je sentais son regard se poser sur ma poitrine, sur mon ventre. Un regard doux. Ses yeux croisèrent les miens et je fus surprise qu’il puisse être si opposé à celui que je venais de faire face.
J’allais jouer la gentille fille. La fille modèle. Ainsi je pourrai passer du temps avec lui, l’étudier et en apprendre davantage. Je serai aussi aux premières loges pour reprendre là où nous nous étions arrêté car je comptais bien aller plus loin. Je pris donc une voix surprise, feignant de ne pas comprendre ce qu’il se passe, bien que je ne comprenais pas totalement je n’étais pas stupide. J’avais déjà quelques pistes de réflexion. Après m’être remise de mes émotions et avoir repris mon souffle je finis par dire :

« Je suis Vidya, Vidya Zabini. » Je fis mine d’hésiter. « Et, heum… En fait je t’ai dit que tu me plaisais et puis… » Je pris l’air gênée. « Ça a un petit peu déraper… Tu ne t’en souviens pas ? »

L’air triste, j’attrapai mes vêtements sur le sol. Je remis uniquement ma robe de sorcier, mon t-shirt étant déchirer sur le sol. La robe glissait sur mon épaule, laissant dévoiler une partie de ma peau encore électrisée par les caresses de Lysandre.

« On discutait dans les couloirs et tu m’as emmenée ici, nous avons commencé à nous embrasser et… »

Gagné. Il se sentirait certainement coupable de ne pas s’en souvenir, il n’allait pas me laisser tomber de cette façon.
De là ou je me trouvais, j’ai eût la vague impression que ses joues rougissaient, certainement suite à la pensée de sa bouche contre la mienne.
Je n’avais qu’une envie, c’était de recommencer.
.©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité
Ven 13 Oct - 11:32
« Baby, baby, I feel crazy, up all night, all night and every day give me something, oh, but you say nothing. What is happening to me? » ()Can I have you again ?Vidya Zabini ? Je n'ai jamais entendu parler d'elle. Et pourtant j'étais en train de l'embrasser il y 10 minutes. Et voire plus si je n'avais pas repris contrôle de mon corps. Comment expliquer mon état de haine contre mon démon en ce moment. Je sais très bien qu'il allait juste coucher avec elle et après la laisser tomber.

Je me sens quand même un peu coupable de ne pas m'en rappeler. Je ne fonctionne absolument pas comme lui, alors après c'est un peu compliqué et quelque fois embarrassant d'expliquer la situation.

"Mmh d'accord… comment t'expliquer"

Quand je repense que j'ai embrassé cette fille, j'aimerai beaucoup recommencer, mais en étant moi-même. Est-ce que si je l'embrasse elle acceptera ? J'avance d'un pas vers elle pour voir sa réaction, mais elle ne bouge pas, elle ne fait que m'observer.

"On va dire que parfois j'ai des absences, mais au bout d'un moment ça me revient."

Je m'approche encore une fois d'elle et attrape sa main doucement dans la mienne.

"Je suis vraiment désolé, je me sens un peu mal d'avoir stopper le truc"

Je lui caresse la main avant de remettre une mèche de ses cheveux derrière son oreille.

"Je suis aussi désolé pour ton t-shirt, je t'en rachèterai un autre il y a pas de problèmes"

Je coince ma lèvre inférieur entre mes dents. J'ai très envie de l'embrasser, je ne suis peut-être pas conscient quand mon démon prend le dessus, mais si je me concentre j'arrive à ressentir certaines émotions. Et là tout de suite je ressens son attirance pour elle, et je peux vous assurez que je suis aussi attiré par elle. Je ressens également son excitation qui commence à surgir dans mon corps maintenant. Je me recule de Vidya pour m'appuyer sur le lavabo derrière moi. Ça me permet de la regarder plus en détail. Et c'est comme ça que je remarque les marques de mains encore rouge autour de son cou. Je suis vraiment trop violent comme garçon. J'espère que je ne lui ai pas fait mal, qu'elle n'a pas pris peur de mon côté "sauvage" et démoniaque on va dire.

Je ne sais pas trop comment gérer le truc avec elle. C'est la première fois qu'une situation comme celle-ci m'arrive et je me vois mal lui dire "Hey nah mais en fait j'ai un démon en moi qui prend souvent le contrôle donc voilà je voulais pas t'embrasser, mais j'ai pas eu le choix" c'est pas hyper respectueux quand même.

"Alors comme ça je te plais hein ? Donc ça veut dire que si je t'embrasse encore une fois tu ne me repousseras pas ?"

Je ne lui laisse pas le temps de répondre et attrape son visage délicatement entre mes mains avant de poser mes lèvres sur les siennes. Point positif c'est qu'elle ne me repousse pas.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité
Sam 14 Oct - 9:11
Nowhere to run from all of this havocVidya & Lysandre

Music

Mon ajustement de tempérament fût si rapide, j’étais à présent une jeune fille adorable, gênée, pleine de doutes et de questions. Pour la partie des questions c’était plutôt vrai en fait. Elles tournaient dans ma tête, je me demandais encore comment cela était possible. Je le revoyais, passer ses mains sur mes cuisses, les mains sur ma gorge. Mon corps tout entier frissonna. J’aurai voulu fermer les yeux pour me plonger dans ces souvenirs un peu plus longtemps mais sa voix m’interrompue dans mes pensées.

« Mmh d’accord… Comment t’expliquer ? »

Je voulais une explication, donc je me tue. Je ne bougeai plus. J’attendais simplement. Il s’approcha de moi. Je sentis mon corps se tendre. Cette proximité m’était difficilement supportable si je dois tout vous avouer. J’étais attirée comme un aimant. Nous avions partagé quelque chose lui et moi. Enfin pas vraiment lui mais… J’avais l’étrange sensation que la tension était toujours présente.

« On va dire que parfois j’ai des absences, mais au bout d’un moment, ça me revient. »

Mhhhhh étrange. Pouvait-il ressurgir à n’importe quel moment ? Par exemple si j’étais en pleine action avec son deuxième lui, pouvait-il réapparaitre à ce moment là ? C’était plus qu’étrange. Je ne dis cependant rien, je voulais plus l’observer avant de tirer des conclusions.
Il attrapa ma main ce qui me fit sursauter. Mon premier instinct aurait été de la retirer violemment, mais hélas, je jouais actuellement un rôle et cela ne collerai pas avec l’image que je voulais donner. Sentir sa peau contre la mienne était comme un életrochoc, je ne savais plus réellement comment réagir. Sa présence me mettait dans un état second. Il m’était difficile de raisonner, de manigancer. Il coinça mes cheveux derrière mon oreille et je frémi. J’avais du mal à contrôler mes pulsions. J’avais beau me dire que ce n’était pas le même, que ce serait différent, son visage était le même et mon cerveau était perturbé. Pourquoi étais-je dans cet état ? J’avais l’impression d’avoir avalé trois shots d’affiler et de ne pas pouvoir penser clairement.
A vrai dire, j’aurais voulu partir, tourner fièrement les talons dans l’élégance la plus totale. Mais mon cœur s’emballait, je voulais prendre mes jambes à mon cou. Ne vous-y trompez pas. Ce n’est pas de l’amour, ni même de l’intérêt. Je parle d’un cœur aussi noir que de la roche volcanique. Je ne voulais simplement pas succomber à cet homme qui me faisait face.

Je me demandais ce qu’il pouvait bien penser à l’heure actuelle. Il ne se souvenait vraiment de rien ? Pourtant l’atmosphère était tellement chargée, cela devait se ressentir. Il s’appuya sur le lavabo, comme éprouvé parce que le 2e lui avait pu vivre. Je sentais son regard réchauffer mon corps, il s’arrêtait à certains points stratégiques. J’étais incapable de bouger. Je le voulais. Je voulais partir maintenant. Déverrouiller cette fichue porte et m’en aller. Mais quelque chose m’empêchait du moindre mouvement. Je n’avais d’ailleurs pas parlé depuis un moment je ne savais pas quelle attitude adopter. Je suppose que c’était le problème, à force de jouer des rôles on en oublie qui on est vraiment.


"Alors comme ça je te plais hein ? Donc ça veut dire que si je t'embrasse encore une fois tu ne me repousseras pas ?"

Le repousser ? Je risquai de lui sauter dessus. Ce n’était pas le moment de relâcher toute l’envie qui sommeillait en moi. Il fallait que quelqu’un assouvisse mes besoins, et vite. Mais pas lui, pas maintenant.
J’étais tendue, je ne savais pas si je pourrais résister. Je m’apprêtais donc enfin à bouger pour mettre la poudre d’escampette mais il ne m’en laissa pas le temps. Il saisit mon visage et m’embrassa tendrement.

Son baiser était tellement différent de ceux que nous avions partagés auparavant. Il était doux, comme s’il ne cherchait pas à me posséder mais simplement à… A quoi ? Qu’est-ce que je raconte ? Je voulais le repousser mais au lieu de ça, je le poussais contre le lavabo et l’embrassa en retour. Je déposai mes deux mains sur sa nuque et me mise sur la pointe des pieds. Mon baiser était passionné. J’avais énormément de mal à me retenir. Je savais que ce n’était pas lui.  Celui qui m’avait mise dans cet état, mais c’était tout comme. La ligne était si fine entre les deux. J’aurais voulu m’abandonner totalement mais je m’y refusais.

Soudain j’entendis le bruit de la poignée de la porte. Merde. Cela faisait trop longtemps que nous étions ici. Il ne fallait pas qu’on nous attrape ensembles. Une Zabini et un Londubat. Et puis quoi encore ?


« Désolée, une prochaine fois mon beau. »

Une phrase suivit d'un clin d'oeil. Une phrase pleine d’assurance en provenance de la vrai moi, pas la nunuche que je jouais il y a quelques minutes. Une phrase que je regretterai rapidement.
Je mis fin au baiser avec déception et une frustration plus grande encore. J’attrapa mon T—shirt aux pieds de Lysandre et fouillai mes poches à la recherche de ma baguette. Sans lui laisser le temps d’agir je déverrouillai la porte et me cacha dans l’un des toilettes. Je fermai à clé, j’étais encore à bout de souffle, perturbée et excitée. La porte des toilettes s’ouvrit.

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité
Sam 14 Oct - 17:29


Fuck you demon

Mmh comment dire ? Je ne connais toujours pas le prénom de cette fille. Mais je suis bien décidé à savoir qui est cette magnifique créature dont mon démon est tant fan. Je sais que ma situation est peut être un peu troublante. C'est  peut-être vrai que je ne me rappel jamais de ce que peut faire mon démon, mais nous partageons les même émotions, c'est une partie de moi, de mon être donc nous ressentons la même chose. Et dans cette situation, je ressens l'attirance pour cette fille. L'excitation qu'il a éprouvé donc je veux le reresentir aussi avec elle évidemment.

Lorsqu'elle s'enferme dans les toilettes j'en profite pour me passer de l'eau sur le visage. J'ai les cheveux en bourillous ma chemise enlevé de mon pantalons et ma robe de sorcier par terre, je comprends que la situation doit être un peu ambiguë pour le mec qui vient de rentrer dans les toilettes. Il me jette d'ailleurs un regard un peu noir mais je m'en fou. J'ai failli pecho il est juste jaloux. Je me regarde dans le miroir en souriant avant de me diriger vers la porte.

"A bientôt"

Je sais très bien qu'elle m'a entendu et c'est ce que je voulais.

Après avoir récupérer ma robe de sorcier je sors réellement des toilettes. Je vais aller dehors, j'ai besoin de prendre l'air. Il faudrait que je fasse des recherches sur cette fille. Faudrait que je demande à Cari si elle sait quelque chose ou à Félix même. Putain je ne connais même pas cette fille et elle me prend déjà la tête. Je me pose beaucoup trop de questions et ça ne fait que commencer.

Je ne sais pas trop quoi penser de cette Serpentard. Elle m'avait l'air gêné, mais sereine comme si elle savait ce qu'elle faisait, que c'était prévu comme un masque qu'elle porterait. Je ne sais pas vraiment comment expliquer ce que je veux dire. Mais j'ai vraiment envie d'en apprendre plus. Il faudrait que je trouve un moyen de communiquer avec mon démon, ou même de me rappeler ce qu'il fait. Je suis sûr qu'il y a un moyen de savoir. Je vais demander à ma mère et mon père pour ça. On est dans le monde des sorciers il doit forcément y avoir un moyen de faire ça, tout est possible avec les sorciers n'est-ce pas ?

Je me pose beaucoup trop de questions comme d'habitude, mais au jour d'aujourd'hui la plupart de ces questions sont sur cette fille.


MADE BY BOOGYLOU

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Draught of Peace :: Exploration :: Poudlard :: Sixième et septième étage :: Toilette des garçons-
Sauter vers: