La partie 4 de l'intrigue est disponible ici!
Venez faire réagir vos personnes suivant la partie de Genesis dans l'intrigue ici!

 :: Rps :: Rps terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alihan X Harry - Une rencontre peut changer une vie - Flashback

avatar
Messages : 325
gallions : 2041
Voir le profil de l'utilisateur http://doptest.forumactif.com
Dim 25 Juin - 11:59
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ignorance of law excuses no one.
Messages : 178
gallions : 1047
Voir le profil de l'utilisateur



Harry J. Potter
Ignorance of law excuses no one.
Jeu 6 Juil - 15:24


Une rencontre peut changer une vie
ft. Alihan


C’est incroyable, non? Depuis combien d’années ai-je ce nom sur le bord de ma bouche? L’irrésistible envie de crier sur les toits que je suis en amour depuis plus de 25 ans avec un homme qui ne pourra jamais m’appartenir? Depuis combien de temps ai-je envie de cracher la vérité? Et voilà que je dévoilais le tout en moins de trente minutes. C’est tout de même troublant. Mais ce qui me trouble le plus, c’est l’impassibilité avec lequel le psychologue réagit… C’est-à-dire qu’il reste de marbre du début jusqu’à la fin de mon monologue. Je finis par me diriger vers la chaise, où je m’assois pour l’observer, curieux.

- T’es habitué d’avoir l’air d’une statue de marbre? Parce que ce que je viens de te dire, plusieurs auraient eu au minimum un regard de dédain. Mais toi, rien. T’es un robot ou quoi?

Une sorte de fascination s’est emparé de moi. Autant que je serais incapable d’avoir ce regard impassible, autant je me dis qu’il doit avoir une maîtrise incroyable sur lui-même pour paraître aussi neutre. Il ignore visiblement ma question, et semble chercher ses mots quelques instants. Est-ce un signe d’instabilité? Non, il me semble être quelqu’un de TROP bien réfléchit. Est-ce que tous les psychologues sont ainsi? J’en doute. Pendant une fraction de seconde, je suis soulagé d’être tombé sur un psychologue qui m’a presque tout de suite mis en confiance. Peut-être que s’il n’avait pas été autant impassible physiquement, je n’aurais jamais tout dévoiler ainsi. Et d’une certaine façon, j’étais plus soulagé qu’hanté. Comme si on venait de m’enlever un poids incroyable de mes épaules. Mais la partie n’était pas encore jouée. Je regarde l’heure. Qu’est-ce qu’il pourrait bien me dire de plus qui pourra combler notre session? Après tout ce que je viens de lui dire, je doute que j’aurais besoin d’une autre séance, ce qui me plaît au fond. Mais je suis loin de me douter que mes problèmes soient si profondément encrés  dans ma personnalité. Et ce genre de problème requiert un travail de plusieurs mois, voir années avant de se résoudre. Et tandis que j’écoute le psychologue, je retiens quelques mots qui allument une petite lumière dans ma tête : héro homosexuel, nous, retrouver quelqu’un, mon fils. Et voilà, ma colère est de retour. Comment peut-il avoir une simple petite idée de ma vie? Et comment peut-il supposer qu’un de mes fils puisse avoir des tendances homosexuelles? Mes deux fils sont des coureurs de jupon pur et dur. Je prends une grande inspiration, tentant de retenir ma colère d’exploser une seconde fois.

- C’est beau tenter de m’analyser, mais faut pas faire des suppositions qui ne sont pas justes. Mes fils sont de vrais coureurs de jupons, et en voir la réaction de James, je ne crois pas qu’il serait homosexuel. Et Albus n’a jamais démontré de...Enfin, je ne sais pas. Mais je ne crois pas. Et puis, j’ai une relation très ouverte avec mon deuxième fils, alors je ne crois pas qu’il aurait peur de me le dire s’il a des doutes sur son orientation sexuelle, surtout depuis mon divorce. Enfin, c’est ce que j’espère. Mais sincèrement...


Je grimace légèrement.

- Je ne lui souhaite pas. Je n’ai pas envie que mon fils vivre dans ce genre de monde. Alors je vais espérer qu’il continue de mater les beaux petits seins ronds au lieu de belles fesses fermes masculines…

Ma grimace s’accentue. Ma colère fait en sorte que je n’ai aucun filtre. Et parfois, je peux paraître pervers sur les bords, ce qui en théorie n’est vraiment pas mon cas. J’ai toujours eu ce petit côté gêné dans ma sexualité, même si de l’extérieur je suis quelqu’un de très dominant dans la vie quotidienne. Je suppose qu’il faut bien que je compense à quelque part.

- Et puis, je n’ai aucune envie de chercher un autre homme dans ma vie. Aedan était plus...qu’une fréquentation. Il a été beaucoup plus que cela, même si je savais déjà que j’étais homosexuel lorsque je l’ai rencontré… Il a tout de même été le point tournant. Il a été la première personne que j’ai aimé, et même la seule que j’ai réellement aimé à ce point. Et je ne crois pas que quiconque pourra prendre cette place. Alors je préfère de loin rester seul et m’acheter des chats que de me forcer à aimer un homme qui n’en voudrait pas la peine au final car je serais encore accroché à la belle petite tête blonde d’Aedan. Alors merci du conseil, mais non je ne chercherai pas à panser mon cœur dans les bras d’un autre homme. Aedan est Aedan, et personne ne peut le remplacer. Et puis sexuellement…

Je prends quelques secondes pour réfléchir. Suis-je vraiment obligé de lui parler de ce genre de choses?  Oui et non. J’ai l’impression que j’ai une envie irrésistible de tout déballer, n’ayant carrément aucun filtre sur mes paroles. Parlant de squelettes dans un placard, j’en ai plusieurs.

- Sexuellement, je m’en suis très bien sorti pendant 25 ans avec très très peu de satisfaction sexuelle, alors je devrais m’en tirer pour les 40 quelques années à venir. Et puis, si vraiment j’en ressens le besoin, je n’ai pas besoin d’avoir un joli petit mari docile pour assouvir mes besoins. Je crois que j’ai encore assez de charme pour me trouver facilement quelqu’un pour une simple nuit. Alors non, chercher ailleurs ne serait dans aucun intérêt.

Et bien que je tente d’éviter de lui poser la question depuis tantôt, un certain «nous» m’agace depuis tout à l’heure. J’ai l’impression que son discours était trop familier pour que ce soit un addon. Et bien que je sois pas un psychologue, je suis tout de même très précis sur les détails.

- Mais il y a quelque chose qui m’agace depuis tantôt. T’as dit nous. Je suppose que ça veut dire que tu fais partie d’une des catégories que t’as nommé plus tôt? Et à observer ton bureau, où il n’y a aucune photo de famille ni d’enfants, je soupçonne fortement que tu fasses partie de ceux qui préfèrent rester seuls pendant d’innombrables années pour éviter des rejets. Je me trompe?


Au gré de nos blessures
Et de nos désinvoltures
C’est quand on n’y croit plus du tout
Qu’on trouve un paradis perdu en nous
Oh, you, you, you, you



Je sais qu’il pourrait mal prendre ce que je viens de lui dire, surtout s’il s’avère hétérosexuel. Mais de la façon qu’il a parlé, je peux difficilement me tromper. Et ça, j’en suis presque certain. Alors, je croise les bras en attendant sa réponse, sachant très bien que je l’ai provoqué.


made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
I feel lost
Je ne suis ni héro, ni mari, ni amant. Je ne suis plus rien. Je ne sais plus qui je suis.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité
Jeu 6 Juil - 16:38
Une rencontre peut changer une vie !Harry x AlihanPlus je parlais plus le visage de mon patient se renfermait. De la colère probablement. Ce qui m’étonne, c’est qu’il donne l’impression que j’ai insulté ses fils, alors qu’être homosexuel n’a jamais été une insulte, surtout de ma bouche, et lui ne devrait pas non plus le prendre comme ça, même si sa seule histoire homosexuelle est un fiasco. Je reste à nouveau impassible, mais si cela étonne mon nouveau patient, c’est comme cela que je bosse, cela sert a rien de montrer à mes patients que je peux être toucher ou porter un jugement sur ce qu’il me dise, vaux mieux parfois qu’il ne sache pas. Pour l’histoire d’Harry Potter j’en suis touchée, et je pense qu’il serait du genre à prendre cela pour de la pitié alors que c’en est pas du tout. Je l’écoute jusqu’au bout, ses mots ne me choquent pas, ni sa réaction à la fin. J’avais en effet évoqué un détail de ma vie par mes gardes et c’était bien fait pour ma gueule. J’avais pris quelques notes de ce qu’il me disait, de manière à ne rien oublier. Une fois qu’il a fini, j’échappe un sourire. Qu’est ce qu’il est mignon… mais si… enfantin. J’avais remarqué ses traits affinés quand il se mettait en colère, c’était presque excitant quand on y pense. Je reprends mon sérieux, reprenant mon visage impassible.

« Dis-moi, Harry. »

Je marque une pause volontaire, le regardant les yeux. Il m’avait piqué, pour avoir lâché un petit mot, eh bien à mon tour, ensuite, peut-être que je lui répondrai.

« Qu’est ce qui te fait dire que ton ou tes fils ne sont pas homosexuel ? Ou qu’ils ne font pas partie de la même catégorie des adolescents homosexuels que toi ? »

Je ne lui laisse pas le temps de me répondre, il était temps que je reprenne le contrôle de cette séances. Je me détends et souris en coin.

« Cependant, on va faire une aparté. Je suis, en effet, moi-même homosexuel. Et je le porte très bien tous les jours de ma vie. Cependant, il y a des années maintenant que j’ai appris à rejeter ceux qui me rejeté, dont mes propres parents si tu veux tout savoir. J’ai déménagé en Angleterre pour avoir la paix avec mon orientation sexuel et un coté de moi que tu ne voudrais pas connaître, crois-moi. Aujourd’hui, mon homosexualité est un atout, sache-le. »

Je ne me suis pas attarder sur le sujet de la magie, il n’avait pas besoin de savoir, et je préférais l’oublier.

« Disons qu’il n’y aura pas de photo de famille, tant que je n’aurai pas trouvé l’homme de ma vie. »

J’hausse les deux sourcils d’un coup en le fixant dans les yeux. Je reprends mon stylo et le fait tourner sur mes doigts.

« Sur ce reprenons. Je te l’ai dit, tu ne pense pas retrouver quelqu’un mais parce que tu n’as finalement jamais essayé de trouver quelqu’un d’autre que lui. Même quand tu étais avec ta femme, c’était lui et pas un autre. Ce qui fait que ça te semble impossible, et pourtant ça l’est. Tu le remarqueras un jour ou l’autre. »

Je marque une seconde pause pour me rappeler du sujet suivant qu’il avait élaboré.

« Sexuellement parlant, je te dirai qu’une chose. Je pense qu’un jour tu as aussi le droit de prendre ton pied comme il faut. Ce n’est pas vingt cinq ans avec une femme qui a du te combler. Certes des petits coups d’un soir ça ne te fera pas de mal. »

Je souris en coin à cette idée et reprend mon sérieux rapidement.

« Maintenant, revenons sur tes fils. J’ai quelques questions. Si… mh, prenons Albus. Si Albus vient un jour te voir te disant qu’il aime les hommes, comment réagis-tu ? Lui dis-tu ce que tu viens de me dire ? Que tu préfère qu’il aime les femmes et non les hommes ? »

J’hausse un sourcil, il ne s’en rendait pas compte, mais avec ses mots, lui-même rejetait les gens comme lui. C’est comme ça que des enfants finissent comme lui ou moi, fuyant sa famille ou anéantis par la vie. C’est bien malheureux.

© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ignorance of law excuses no one.
Messages : 178
gallions : 1047
Voir le profil de l'utilisateur



Harry J. Potter
Ignorance of law excuses no one.
Jeu 6 Juil - 18:40


Une rencontre peut changer une vie
ft. Alihan


Mais boum, encore aucune réaction de sa part. Est-ce qu’il se moque de moi à la fin? Il pourrait au moins démontrer que ce que je dis l’affecte d’une quelconque manière? Non, impossible, je suppose. Perdu dans ce questionnement intérieur concernant son impassibilité, je suis surpris par son « Dis-moi» trop sérieux. Dis-moi quoi? Dis-moi, t’es stupide? Dis-moi, tu veux que je te foutre à la porte? Dis-moi, tu sais avoir du respect de temps en temps? Dis-moi, t’as la tête dans le cul ou t’es juste complètement imbu de toi-même? Ça, c’est le genre de réponse auquel je m’attendais. Et les battements de mon cœur ont tout de suite commencé à s’accélérer alors qu’il prenait évidemment tout son temps pour continuer. Dis-moi quoi? L’allusion à mes enfants me fait l’effet d’un coup de poing au ventre. J’aurais aimé lui répondre et lui dit que j’ai confiance que mes fils seraient assez confortables pour m’en parler, ce qui n’était pas mon cas dans l’ambiance où j’ai grandis, mais il ne m’en laisse pas le temps. Les bras croisés, je l’écoute. Et au fur et à mesure, il pique vivement ma curiosité, et je ne peux m’empêcher de lui répondre ce coup—ci.

- Si tu savais tout ce que j’ai su dans ma vie, je ne crois pas que ça arriverait à la cheville. Je suis certain que tu en entends tout plein aussi...Mais les histoires que je connais sont beaucoup plus...sombres, je crois. Je ne veux pas faire de comparaison mais...Le milieu dans lequel je vis depuis mon enfance est bien différent du tiens, à bien des égards… Et le genre d’histoires que j’ai vécu ou entendu n’a rien...de plaisant. Surtout quand tu dois causé ta propre mort pour sauver la planète.

Et là-dessus, je ne peux me permettre de blaguer. Mais surtout, je réalise à quel point j’ai commis un erreur en mentionnant ma mort. Il va vraiment finir par croire que je suis complètement cinglé.

- Argh, désolé. Tu vas sûrement penser que je suis débile à dire des trucs comme ça. Mais c’est mieux de ne pas chercher à comprendre, sinon il faudrait que je t’effaces la mémoire et j’ai pas…


J’allais dire : et je n’en ai pas envie. Mais je réalise encore une fois que je viens de mettre les pieds sur un terrain très glissant. Je croise les doigts pour qu’il ne me pose pas de questions à ce sujet, et je tente de détourner l’attention vers lui.

- Alors, dis-moi en quoi l’homosexualité peut être un atout, hen?

Autant que c’est une distraction, autant que j’aimerais bien en connaître la réponse. Car pour le moment, cela n’a été qu’un réel fardeau dont j’aurais pu me passer pour alléger ma vie déjà complexe. Je l’observe prendre un crayon, et je fixe mon regard sur le moment du crayon. Serait-il devenu impatient ou est-ce seulement une habitude qu’il a? Je ne crois pas un traite mot de ce qu’il dit, mais je continue tout de même de l’écouter d’une oreille attentive. Mais lorsqu’il parle de mes années passées avec Ginny, je ne peux me retenir d’aborder un sourire nostalgique.

- Oh mais, je n’ai jamais dit que je n’avais pas baisé en 25 ans. Aedan en a décidé autrement il y a quelques ans. C’est bien de sa faute aussi que j’ai triché Ginny pendant plusieurs années avant de demander le divorce. Il faut dire que ses moments étaient plus que torrentiels….et comblaient amplement mes désirs sexuels pour les semaines suivantes. Crois-moi, ces dernières années j’ai clairement rattrapé tout ce temps manqué.

Je passe ma langue sur ma lèvre inférieur, la gorge soudainement sèche au souvenir de son corps contre le miens. Les souvenirs d’Aedan étaient amers, mais oh combien plaisants.

- Mais ouais, maintenant qu’il n’est plus là pour m’empêcher de faire des folies, probablement que je ferai lorsque je serai trop frustré par la vie et que j’aurai besoin de défoncer quelques… que j’aurai besoin de distraction.

Je racle ma gorge. Il ne faut pas être vulgaire. Du calme. Mais il détourne encore en me parlant de mes fils. Cela m’énerve. Je n’ai pas envie de parler d’eux.

- Albus peut aimer qui il veut. Je trouve seulement qu’il est déjà assez tourmenté présentement, je n’ai aucune envie que son côté Serpentard prenne le dessus sur lui. S’il s’avère qu’il refoule une homosexualité en plus de refouler des penchants pour la magie noire, j’ai peur qu’il finisse comme ce putain de Jedusor et qu'il finisse par commettre un meutre au nom des Gertich!


Je me suis levé, portant les bras en l’air et criant carrément ma dernière phrase. Réalisant trop tard que j’en ai beaucoup trop dit sur le monde sorcier, je couvre ma bouche en me rassoyant. Qu’est-ce que je devrais faire? Je peux tenter de jouer du fou, ou alors simplement lui faire subir un sortilège d’oubliette. Mais je me dois de tenter avant d’utiliser un sort.

- Je parlais de façon métaphorique….Évidemment.


Mais je parle d'ne voix mal assurée, et mon visage s'est automatiquement crispé.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
I feel lost
Je ne suis ni héro, ni mari, ni amant. Je ne suis plus rien. Je ne sais plus qui je suis.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité
Jeu 6 Juil - 19:39
Une rencontre peut changer une vie !Harry x AlihanSa mort ? Mais… hein ? Serpentard ? Ce n’est pas un nom de maison dans l’école de Poudlard ça ? Geritch ? Je ne comprenais rien  à rien à ce qu’il me disait. Il se mettait en colère encore, et me disait des choses totalement insensé, et pourtant mon cerveau travaillait. Harry Potter. Où est-ce que j’avais entendu ce nom ? Mon cerveau travaillait tellement que j’avais du mal à suivre entre ce qu’il me dit et ce que j’essayais de me souvenir et de comprendre. Jusqu’à ce qu’il se mette à crier ou je sursaute et où mon cerveau mets tout ça en place. FUCK HARRY POTTER L’ELU ! MAIS QUE JE SUIS CON ! Je me redresse de mon siège et pour le coup je panique. Je m’étais orienté chez les moldus pour oublier les sorciers, et il a fallu que je me retrouve nez à nez avec un sorcier… Mon visage se ferme, je ne savais pas quoi faire de plus à part lui parler froidement.

« Bon, cesse de me prendre pour un abruti maintenant. Ton métier, et le vrai. Pas un métier de ‘’moldu ‘’, comme vous aimez les appeler. »

J’avais mimé les guillemets aux mots moldus. J’avais besoin de savoir toute la vérité et tout ce mettait en ordre actuellement. Mon impassibilité m’échappe, avoir le contrôle sur moi-même, pour le coup, c’est un échec. Je serre des poings et grimace.

« Question stupide, tu es auror d’après ce que tu m’as dis. »

Je passe ma main dans mes cheveux et me tourne vers ma fenêtre en soupirant. Je range mes mains dans mes poches fixant ma fenêtre.

« Tu vois, cette chose que je renie sur moi, c’est d’être un sorcier justement. C’est pour cela que ça fait des années que je refuse à tes supérieurs de bosser pour eux. J’ai toujours eu du mal avec eux, ils se croient supérieur aux dits ‘’moldus’’  et pourtant, ils sont bien plus tolérants niveau orientation sexuel. »

Je me tourne vers mon patient.

« Ce que je déteste le plus au monde, c’est qu'on essaie de me duper. Ils ont de la chance que ton histoire m’intéresse et me touche, sans quoi ils auraient dû te trouver quelqu’un d’autre. »

Et c’était véridique, j’aimais le cas de mon patient qui ressemblait au mien à quelques choses près, son acte de tuerie devant un homme ayant surement besoin d’une thérapie psychologique dans sa jeunesse près. J’inspire et reprend mon calme. Je me mords la lèvre inférieure. Je me rassois et chope ma bouteille d’eau buvant rapidement un coup.

« Sache qu’en tout cas ma réaction n’est pas contre toi. Je… hum… je te présente mes excuses, ça parait excessif. »

Je soupire, j’étais clairement mal à l’aise fasse à un sorcier. Faut croire que mon enfance me bouleverse encore finalement.

« En tout cas, pour en revenir à ton fils, avec ton histoire, s’il est au courant qu’Aedan n’est pas revenu, et que tu en souffres, il refoulera soit son homosexualité, soit ne t’en parlera simplement pas pour pas ressasser ton histoire avec ton amant. Ayez une discussion père/fils à ce sujet. »

J’avais encore envie de lui présenter mes excuses, ce n’était pas lui le problème c’était tout ces imbéciles, ainsi que mes parents qui ne supportait ni mon génie, ni ma préférence pour les moldus, ou mon attirance pour les hommes… Faut dire que je n’ai pas été gâté sur mes préférences. Cependant, j'essayais aussi de passer à autre chose et de me dire qu'après tout, il n'est peut-être pas comme les autres ça serait dommages.

© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ignorance of law excuses no one.
Messages : 178
gallions : 1047
Voir le profil de l'utilisateur



Harry J. Potter
Ignorance of law excuses no one.
Jeu 6 Juil - 22:11


Une rencontre peut changer une vie
ft. Alihan


Je l’observe se redresser. Je peux sentir mon cœur faire un bond dans ma poitrine, près à courir pour s’enfuir de ce regard qu’il me lance. Je comprends que le monde magique ait ses expressions, mais jusqu’à le faire monter sur ses gonds à ce point? J’avoue que chez certaines personnes, la réaction peut être forte mais je ne m’attendais pas à..Attendez. Il a bien dit moldu? Je me sens directement agressé par ses paroles, et ma bouche devient sèche. Les guillemets qu’il imite dans les airs, son ton irrité, le fait qu’il sache que je suis un auror. Tout de lui m’énerve présentement. Et au fond de moi, je suis...blessé. Je croyais vraiment que le monde sorcier n’aurait pas pu pourrir cette rencontre. Mais encore une fois, je me trompais. Et tandis qu’il sert les poings, je crispe la mâchoire et me redresse à mon tour. Je le pointe, hors de moi.

- Qu’est-ce que ça peut bien te faire que je sois auror? Et puis, comment tu peux savoir de toute manière?


Sa réponse me semble logique, mais sur le coup je suis tant pris par la colère et la honte que je l’écoute à peine. Je n’en ai rien à foutre de ses raisons, j’en étais pour rien. J’en ai rien à faire qu’il a un problème avec le monde sorcier. Je n’ai jamais demandé à naître sorcier, encore moins l’Élu. Et comme  lui, j’ai souvent voulu disparaître de ce monde. Mais au contraire de lui, je n’avais pas été en mesure. Alors, c’est de ma faute encore si je suis née comme tel?

- Tu sais quoi? C’est bon, je quitte. Je suis loin d’être simplement un «cas» intéressant ou n’importe quelle merde que tu peux dire. J’en ai marre de tout ça…

Tout ça, ça représente la classification que l’on fait de moi lorsqu’on ai dans le monde sorcier. Le fait qu’il tente de reprendre le sujet de mon fils m’énerve profondément. Il ne comprend rien à rien ou quoi?

- Et veux-tu bien lâcher le cas de mon putain de fils? Je lui parlerai quand je devrai le faire, mais c’est pas ça l’essentiel présentement. L’essentiel, c’est que tu me prouves encore une fois que mon nom dans le monde sorcier me pourrit la vie. Je peux bien m’être refouler aussi longtemps si je suis incapable d’être moi-même ne serait-ce qu’un petit instant…Et j’en ai que faire de tes excuses. Je suis un sorcier, et je le resterai. Si tu ne sens pas les sorciers, c’est pas mon problème au final. Même si j’ai sauvé ta peau sans que tu le saches probablement...

Je sens la colère monter de plus en plus, jusqu’au moment où je n’en peux plus. Je passe une main dans mes cheveux, les yeux plissés et les mains tremblantes. Je ne peux pas croire que mon passé aille une si grande répercussion. Peut m’importe s’il renie le monde sorcier ou non, renier le monde sorcier veut aussi dire de renier mon histoire, et me renier moi. Je ne peux pas...Je suis profondément fâché et blessé de m’avoir fait dupé et m’être autant ouvert à lui alors qu’il vient tout juste de me planter un énorme  couteau dans une plaie à vif. Plus de retenu, plus de tact. Il m’a énervé. Blessé. Lapidé de ses mots.

- J’AI DONNÉ MA VIE ENTIÈRE POUR VOUS. J’AI DONNÉ MA VIE ENTIÈRE POUR SAUVER LES SORCIERS ET LES MOLDUS, ET QUELLE PUTAIN DE RECONNAISSANCE QUE J’AI? RIEN! JE NE PEUX MÊME PAS VIVRE COMME JE LE VOUDRAIS, DIRE CE QUE JE VEUX QUAND JE LE VEUX PARCE QU’IL Y A TOUJOURS UN INNOCENT COMME TOI QUI ME FAIT SENTIR COMME UN PANTIN. UN PUTAIN DE PANTIN QUI TENTE DE PRENDRE SA VIE EN MAIN. ET TU SAIS QUOI? AU FINAL, JE NE SERAI JAMAIS HEUREUX. PARCE QUE MÊME LES SORCIERS COMME TOI REFUSENT DE VOIR LA VÉRITÉ. J’AI RIEN DEMANDÉ, ET J’AI SACRIFIÉ MON ENFANCE ET MON ADOLESCENCE POUR VOUS PROTÉGER, VOUS QUI AVEZ ÉTÉ TROP LÂCHES POUR PARTICIPER À LA GRANDE BATAILLE. JE VEUX ALLER BIEN. OKAY? JE VEUX VIVRE MA VIE, MAIS CELLE DES AUTRES. MAIS QUAND J’ESSAYE, IL SE PASSE QUOI? FAUT QUE MON PSYCHOLOGUE ME PETE UNE CRISE SUR LE MONDE SORCIER. MERVEILLEUX!


En disant «merveilleux», je viens involontairement frapper ma cuisse. Bien que je sois encore énervé, je n’ai pas l’envie de crier. Principalement parce que j’ai un mal de gorge incroyable. Je lui lance un regard impitoyable tout en me dirigeant vers la porte sans dire un mot de plus. Tant pis. Avant d’ouvrir celle-ci je prends une grande inspiration. Je l’ouvre, souriant naïvement à la patiente suivante. Je lui fais signe d’entrer, retenant ma colère pour émettre une réponse charismatique.

- Il est prêt à vous accueillir.


Avant de quitter le cadre de porte, je lance un clin d’œil rempli de rancœur au psychologue, certain que je ne le reverrais plus. Et lorsque la femme entre, visiblement perdue, je referme la porte pour l’empêcher de me suivre. Je me dirige immédiatement dans les toilettes, sentant la colère revenir à grands pas. Une fois dans une cabine, je transplane à l’entrée de la cave où j’avais trouvé mon premier horcruxe avec Dumbledoor. Je m’empare de la pierre de résurrection dans mon sac sans fond pour m’entailler la peau et je pose ma main endommagée contre la paroi de pierre. Celle-ci s’ouvre, et j’entre dans la noirceur de la cave en sentant des larmes de rage couler sur mes joues. Comment ai-je pu être aussi stupide et me laisser berner si facilement? Pourquoi me suis-je ouvert aussi rapidement, simplement pour me faire blesser une fois de plus? N’ai-je pas appris ma leçon, encore? Plus j’avance dans la cave, plus je sens ma gorge se resserrer sous l’effet de la colère. Une fois près du lac, je sors la baguette de sureau et je la pointe vers les reflets noirs du lac intérieur.  Et là, je gueule de toutes mes forces en lançant un sort inviolable d’une couleur verte bien particulière. Mon sort se percute contre l’eau, et celle-ci s’agite rapidement. De nombreux squelettes émergent, et je commence à les éliminer un à la fois tout en gueuler sans cesse. Lorsque je sens que je n’ai plus d’énergie, je cours rapidement à l’extérieur de la cave. La paroi de pierre se referme, enfermant le restant des cadavres à l’intérieur. Je me laisse glisser contre la paroi froide pour m’asseoir au sol. J’ai mal à la gorge; je me sens complètement vidé. J’observe le ciel, sentant une profonde tristesse comme trame de fond dans mon âme. Un soubresaut me prend, sans pour autant que je n’échappe une larme. Je ferme les yeux, inspirant l’air saline dans le but de reprendre définitivement le contrôler sur moi. Lorsque je me sens apte à me lever, je transplane face au bureau de Clark. J’ouvre la porte directement, sans même cogner. Le voyant toujours aussi concentrer dans ses papiers que lorsque je suis parti, je tente de parler, bien que le peu de voix que j’ai m’en empêche.

- Satisfait?

Visiblement troublé par mon manque de voix et mes cheveux échevelés, il ne fait que plisser les yeux en acquiesçant de la tête. De retour à ses papiers, il me fait signe de retourner travailler avec un simplement

- N’oublie pas ton rendez-vous de la semaine prochaine. C’est tous les mercredis à la même heure. Maintenant, sort.

C’est impossible… Trop surpris pour réagir, je sors du bureau, pantois. Non, c’est impossible… Je ne peux pas. Et cette fois-ci, quelques larmes coulent sur mes joues tandis que, sans énergie, je retourne à mon propre bureau.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
I feel lost
Je ne suis ni héro, ni mari, ni amant. Je ne suis plus rien. Je ne sais plus qui je suis.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Draught of Peace :: Rps :: Rps terminés-
Sauter vers: