La partie 4 de l'intrigue est disponible ici!
Venez faire réagir vos personnes suivant la partie de Genesis dans l'intrigue ici!

 :: Londres :: Habitations :: Habitations du Centre Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ft. Kyrah - Hello, sister!

avatar
Don't get lost in the streets of London
Messages : 22
gallions : 220
Avatar : Cillian Murphy
Emploi/loisirs : Propriétaire d'un puissant commerce de drogue et photographe pour la Gazette du Sorcier. Propriétaire du Bloomsbury Bar
Voir le profil de l'utilisateur



Mattias Avery
Don't get lost in the streets of London
Sam 29 Juil - 1:32




Hello, sister!Did you miss me?



Je suis assis au pied d’une longue table, les deux coudes appuyés contre le bois vernis. Ma tête est penchée sur le côté, les yeux sombres et les lèvres pincées. De l’autre côté de la longue table se trouve mon alter-égo, mimiquant mes gestes avec une perfection troublante. Matt m’observe comme je l’observe à mon tour, c’est-à-dire avec le même silence pesant. Je bouge légèrement mes épaules pour me dégourdir; il fait de même. Nous restons ainsi durant plusieurs minutes, voir heures. Il serait difficile de quantifier le temps dans un tel songe. Ceux-ci sont rares, mais ils peuvent durer une éternité selon les circonstances de nos confrontations. Enfin, je les appelle ainsi car ce genre de rêve me met directement face à la pire partie de moi-même, indépendante et sauvage. Lorsqu’il vient me troubler ainsi, c’est toujours  avec raison. Bien qu’un psychologue puisse voir cela comme une sorte de démence, je vois plutôt cela comme des avertissements. Après tout, vivre avec une deuxième personne à l’intérieur de soi doit bien avoir quelques avantages de temps à autre. J’ouvre la bouche, il fait de même. Aucun son ne sort de la sienne, tandis que je prends les devants pour comprendre les raisons de sa visite cette fois-ci.

- Qu’est-ce qu’il y a cette fois Matt? Malheureux que je ne t’aille pas laisser grand place cette dernière année?

La boucle sans fin éclate dès que j’ouvre la bouche. Matt s’anime, soupirant en croisant ses bras sur sa poitrine comme à son habitude. Il me lance un demi-sourire qui, chez quelqu’un d’autre, aurait pu glacer le sang. Mais dans mon cas, ce regard m’est familier depuis longtemps. Je ne fais qu’avancer mon torse plus près de la table, venant appuyer mes côtés sur le bois frais.

- Pourquoi tu n’es pas encore aller la voir?

Je plisse les yeux, retroussant le nez. Je recule pour venir appuyer mon dos contre la chaise inconfortable mais imposante. C’est étrange à quel point les rêves peuvent parfois sembler réels. Surtout ceux-ci.

- De qui parles-tu?

La tête de Matt glisse vers le plafond, ses yeux planqués sur une tuile. Il tourne sa tête de gauche à droite, grognant tel un animal. Irrité. Par moi. Encore.

- Mais tu sais très bien de qui je veux parler, abruti!

Certes, je le sais. Et pourtant, les mots restent en travers de ma gorge. Cela va faire déjà trop longtemps que je suis de retour à Londres, et j’ai encore refusé d’aller la voir. Pourquoi? Surement car je redoute sa colère. C’Est bien la seule personne au monde que je serais incapable de blesser volontaire.

- Dit-moi, quand comptes-tu aller rendre visite à Kyrah? Tu réalises que tu n’as jamais vu ses enfants? Qu’elle ne sait même pas que tu as un fils? Ooooh, que j’ai bien hâte de lui voir son expression lorsque tu vas devoir lui…Ohh… Tu ne vas pas lui dire, n’est-ce pas?

Je pince mes lèvres ensemble, créant un petit bruit aigu lorsque je les dégage. Fébrile, je passe une main sur mon visage. Matt est en mesure de voir tous mes moindres pensées, alors pourquoi feint-il une telle innocence? Pour me faire culpabiliser? Un étrange rire éclate dans la pièce et j’observe, pantois, mon alter égo qui s’éclate dans sa folie naturelle.

- Quoi? Tu crois vraiment que je vais lui dire que t’as tué notre père?

Il hausse les épaules, son sourire ne quittant pas ses lèvres. Il me rend maladif. Il est répugnant. Je le hais. Il ouvre une autre fois sa bouche pour me cracher son venin, bien que je tente de l’ignorer.

- Il va falloir que tu lui dises un de ces jours, sinon je devrai le faire…

Sur ce, Matt disparait. Me retrouvant maintenant seul avec moi-même, je commence à ressentir une pointe d’anxiété. Qu’est-ce que je pourrais lui dire? Est-ce que j’ai bien fait de m’éloigner autant pendant si longtemps? J’ai une folle envie de la voir, mais me pardonnera-t-elle de m’être complètement absenté de sa vie tout de suite après l’avoir abandonné au milieu de la forêt? Cette nuit me hante encore. Quel mauvais grand frère je fais d’avoir fui la bataille tel un lâche. Elle aurait pu se faire blesser, et j’aurais été trop loin pour le réaliser.


Au matin, alors que mon cerveau encore embrouillé me donne un écho de cette conversation qui me hante, je décide de mettre fin à cette agonie. J’appelle Elodie, lui précisant que j’allais devoir quitter plus tôt. Elle accepte, n’ayant pas vraiment le choix de toute manière. Ma journée au bureau me semble péniblement longue. J’ai fait quelques gaffes, oublier quelques photos ici et là. Quelques-uns l’ont remarqué, mais aucun n’a osé venir me dire que je ne semblais très bien. Trop nerveux, anxieux, maladroit.  Quelques heures avant de quitter, je suis allé naviguer sur internet afin de trouver l’adresse exacte de ma sœur. Bien que chaque année je m’informais d’elle grâce à certains contacts fiables, je n’avais jamais vraiment cherché à découvrir quelle partie de Londres elle vivait. Peut-être que j’avais peur de succomber à la tentation de mettre un pied sur son seuil de porte.

L’heure venue, je quitte le bureau en direction de son quartier. Mes mains sont moites, ma bouche est pâteuse et une veine pompe rapidement du sang au-dessus de mon œil droit. Avant d’arriver à sa demeure, je m’arrête dans une épicerie afin d’acheter des fleurs, me disant que c’est une piètre consolation pour toutes ses années loin d’elle. Tandis que je paye, la voix de Matt s’élève.

- Si tu es trop gentil, elle va réaliser que tu n’es pas moi!

« Bien… »

J’embarque dans ma voiture en déposant les fleurs sur le banc passager. Ne connaissant pas le quartier, j’ai préféré utiliser une voiture au lieu de transplaner. En effet, en raison de mon séjour parmi les moldus en France, j’ai pris plusieurs habitudes qui m’éloignent parfois de mon statut de sang pur. Matt n’apprécie jamais mes déviations. Je me stationne dans la rue, restant figé devant le volant. Il est vrai que ma sœur ne m’a jamais réellement connu sauf sous l’alcool. Et souvent, Matt évitait de boire en sa présence. De ce fait, je n’ai jamais été vraiment présent étant donné que Matt a dominé une partie de mon adolescence et de ma vie de jeune adulte. De ce fait, je suis conscient que ce sera étrange pour elle. D’un autre côté, j’ai espoir qu’elle comprenne la situation étant donné qu’elle a été rapidement mise au courant de mon dédoublement de personnalité dans son enfance.

Sur le portique, je tiens les fleurs de ma gauche pour cogner à la porte de mon autre main. J’expire un grand coup, nerveux. Je suis confiant qu’elle soit à la maison; je sais qu’elle travaille de jour. Cependant, je ne sais pas si son mari est présent ce soir. Ou encore, est-ce que ses enfants sont là? Après tout, nous sommes l’été…


© Jawilsia sur Never Utopia


_________________
My head is abattlefield. Do you wanna join me?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Don't get lost in the streets of London
Messages : 22
gallions : 418
Avatar : Blake Lively ( By Class Whore )
Emploi/loisirs : Médecin légiste
Voir le profil de l'utilisateur



Kyrah Avery
Don't get lost in the streets of London
Ven 25 Aoû - 17:23

Je ne sais plus...

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Mattias & Kyrah

Cela faisait plusieurs mois que Kyrah travaillait sur sa mémoire. Elle avait fait d’énormes progrès mais apparemment ce n’était pas assez, ou du moins selon elle. La blonde ne savait plus quoi faire. Quelques années de sa vie s’était évaporée. Elle était justement avec son psychologue : le docteur Leighton. Il ne savait plus quoi faire pour la convaincre de le dire à ses proches parce que, selon lui, seul les proches de la blonde pouvaient aider à se rappeler de ces années disparues. Mais elle ne pouvait pas. Elle savait que ses enfants lui en voudraient. Elle voyait déjà continuellement de la tristesse dans le regard de son petit ami et elle savait que tout serait comme avant sans cet incident stupide.

La jeune femme était donc partie énervée et frustrée de son rendez-vous avec son psychologue. Elle voulait plus que tout se souvenir de ces dernières années qui manquaient à sa mémoire. Mais comment faire ? Comment contrôler son propre cerveau qui était, quand à lui, incontrôlable au niveau des souvenirs ? La chose semblait impossible pour tout le monde mais pas pour elle. La blonde avait toujours été déterminée et ça ne changeait pas. Elle était toujours aussi déterminée et elle ne changerait pas sur ce point, ce qui lui donnait un de ses défauts : elle était incroyablement têtue. Une fois qu’elle avait une idée en tête elle ne lâchait cette idée uniquement si elle n’avait plus le choix. En plus simple : quand ses enfants seront au courant elle commencerait à se rendre à l’évidence. Ou même si Clark semblait un peu plus heureux que d’ordinaire. Elle avait l’impression qu’elle avait besoin de ces souvenirs pour que sa vie s’arrange. Et c’était dans ses pensées qu’elle rentra en voiture jusque chez elle. Elle faillit rentrer dans une autre voiture mais fort heureusement, elle s’arrêta de justesse. Elle en eut les larmes aux yeux, se rappelant de l’accident. De ce moment où elle avait eu peur, ce moment où elle avait condamné sa famille à une relation tendue. Et elle sen voulait à ce propos. Elle n’avait pas le droit de reproduire un nouvel accident de voiture. Elle avait déjà brisé sa famille une fois et elle refusait que ça arrive une nouvelle fois.

Au bout d’une dizaine de minutes, elle était arrivée finalement chez elle. Elle prit quelques instants avant de sortir de sa voiture, prenant son sac avec elle puis elle rentra chez elle. Elle posa son sac dans la cuisine puis elle se prit un thé. Un thé à la noix de coco. Un thé frais qui lui ferait le plus grand bien. Elle mit l’eau dans la bouilloire et commença à la faire chauffer et elle sortit un dossier de son sac. Un nouveau cas de décès. Encore ce n’est que logique quand on y pense puisque la blonde travaillait à la morgue. Elle avait cependant des cas concernant le monde magique. mais elle en devenait dingue. Plus le temps passait, plus elle avait l’impression que ces cas étaient devenus une banalité pour elle. Elle était effarée d’ailleurs de voir autant de cas, se disant que ces personnes n’avaient aucunes limites. Elle regardait encore et encore l’autopsie mais rien. Encore ds marques de suicides. Il y avait une ou plusieurs personne(s) qui semblaient être expertes en ce domaine.

Mais au bout d’une heure et demi, rien ne ressortait, même pas après un bon thé à la noix de coco qu’elle avait acheté il n’y a pas si longtemps que cela. Mais ensuite, Kyrah rangea son dossier dans son sac et posa sa tasse dans l’évier. Elle soupira pensant qu’il n’y avait aucune réponse à cette question. Même Clark n’arrivait pas à répondre à ses questions. Ou alors il n’avait pas envie de lui répondre à elle en particulier… Il la fuyait déjà assez souvent donc le fait qu’il ne lui dise rien ne serait pas vraiment étonnant. Mais elle tentait d’en savoir un peu plus ou du moins elle faisait comme elle pouvait pour trouver des réponses et des solutions. Par la suite, la jeune femme avait pris la décision de feuilleter un journal. Qu’elle aurait d’autres idées et pensées en tête. Mais elle ne feuilletait pas n’importe quel journal non. La Gazette du Sorcier plus précisément. Elle y appris les dernières nouvelles. Rien de bien exceptionnel au contraire. Des petites affaires quotidiennes mais rien qui pourrait aider la blonde pour la suite. Elle jeta le vulgaire journal sur la table de la cuisine. Elle réalisa qu’elle n’avait pas entendu Shawn. Elle monta à l’étage et frappa à sa porte mais aucune réponse. Elle allait rentrer dans la chambre de son fils mais quelqu’un cogna à la porte. Elle regarda dans les autres chambres mais il n’y avait personne apparemment. Ça faisait bizarre à Kyrah d’ailleurs de n’avoir aucun de ses enfants à la maison ce soir… Bien que la soirée venait à peine de commencer. Puis elle se souvint d’une soirée entre Clark et les enfants. Elle l’avait même incitée, pour ne pas dire forcer, à organiser cette soirée. Apparemment il avait compté les emmener jouer au bowling suivit d’un restaurant ou l’inverse. Elle savait qu’ils lui raconteraient tout en rentrant. Mais en ouvrant la porte, la jeune femme ne s’attendait pas à ce qu’elle soit nez à nez avec son grand frère lorsqu’elle ouvrit la porte. Est-ce qu’ils s’étaient vus ces dernières années qu’elle avait oublié ? Est-ce qu’ils étaient toujours aussi proches ? Est-ce qu’il venait souvent la voir ? Elle ne savait plus. Elle ne savait pas si elle devait le prendre dans ses bras ou lui faire une simple bise. Elle le prit dans se sbras sans réfléchir ne sachant pas vraiment quoi faire…

« Mon dieu Mattias ! Comment vas-tu ? Ça fait… »

Elle ignorait depuis combien de temps elle ne l’avait pas vu mais elle espérait qu’elle l’aide. Elle n’arriverait jamais à se souvenir seule de ces quelques années. Elle se décala pour l’inviter à rentrer chez elle.

«  Je t’en prie rentres ! Fais comme chez toi ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Draught of Peace :: Londres :: Habitations :: Habitations du Centre-
Sauter vers: