La partie 4 de l'intrigue est disponible ici!
Venez faire réagir vos personnes suivant la partie de Genesis dans l'intrigue ici!

 :: Flood :: RP HS Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I hate you, I love you - Julian

avatar
Messages : 325
gallions : 2041
Voir le profil de l'utilisateur http://doptest.forumactif.com
Jeu 26 Juil - 9:42
I hate You, I love You
Mathian


@"Julian de Saxe" & @"Mathilde de Kavisto"
Le matin. Le midi. L’après-midi. Le soir. La nuit. Peu importe le moment de la journée, Mathilde ne dort plus. Ses pensées s’en vont faire une personne qu’elle aime autant qu’elle déteste. Julian de Saxe. Rien que ce nom la fait frissonner. De peur ? De haine ? D’amour ? De tristesse ? De rancœur ? En fait, c’est un mélange de tellement d’émotion. Comment réagirait-elle si elle le voyait en face ? Déjà que sa saleté de gamine était venue à sa boutique, cela s’est plutôt mal passé. Alors, avec Julian… Une crainte. Une crainte froide. Une grande peur. Mais qu’est ce qu’elle l’aime. Un long soupire s’échappe de ses lèvres quand une présence se fait sentir dans sa chambre.

« Que voulez-vous Hjordis ? »


Un raclement de gorge, et l’ami de la jeune vampire, ancienne duchesse d’une contrée, se mit à lui parler de Julian justement. La tristesse de la duchesse se faisait ressentir rien que dans sa façon d’agir. Persuadé que sa tristesse est plus grande que sa haine, il lui donne une information importante sur Julian.

« Julian de Saxe est à Haima. »


Mathilde se retourne, et le regarde de ses yeux noirs. Les yeux écarquillés, espérant de toute son âme, malgré elle, qu’il sache où il est. Mais d’un autre coté, est-ce une bonne idée d’aller le voir ? Son regard plein d’espoir amène un soupire de la bouche de son ami.

« Il est au Bar Crépuscule, du moins, à cette heure c’est là-bas qu’il doit être. Mais fais attention. Il n’est plus celui que tu as connu. »

La brune s’active d’une marche accélérée. Elle savait où était ce bar, on lui avait montré. Alors, elle décide de s’y rendre sans plus attendre. Elle devait le voir. Elle devait le sentir. Elle devait… sans doute avoir une discussion avec lui. Mais en sortant du manoir de chez Hjordis, elle s’arrête net. Il n’est plus celui que tu as connu. Qu’est ce qu’il voulait dire par là ? Mathilde se tourne vers la bâtisse et fronce les sourcils. Il aurait tant changé que cela ? Et si elle n’aimait pas ce qu’elle allait voir ? Et si tout ce qui allait lui rester était de la haine contre lui ? Cela changera sans doute beaucoup de chose. Mais, elle reprend sa route, en fait, la volonté de le voir est plus forte que tout.

Lorsque Mathilde, duchesse de Kavisto, en Finlande arrive dans ces lieux. Le bar Crépuscule. Son visage s’est décomposé. Le bar n’est du tout ce à quoi elle s’attendait. Des gens drogués partout, des filles de joies à chaque table, des… elle rentre timidement cherchant du regard où peut bien être Julian de Saxe. Elle sort ses canines dès qu’un abrutie ose la toucher, jusqu’à ce qu’elle décide d’en baffer, levant la tête et le regardant méchamment.

« Bouge de mon chemin, espèce de misérable microbe. »

Mathilde pivote sur ses talons, et dans sa robe plutôt médiéval, elle cherche à nouveau Julian quand un serveur, plutôt charmant s’arrête devant elle. D’un coté, c’est pas le genre d’endroit où l’ont trouve une charmante femme avec tant de prestance comme Mathilde.

« Vous cherchez quelqu’un, demoiselle ? »

« Mh, en effet. Julian de Saxe. »

Il hoche la tête et lui montre une porte menant à l’arrière du bar. Mathilde s’y avance et ouvre la porte. Elle l’observe en train de donner un sachet à un jeune vampire, qui s’en va. De la drogue. Son cher fiancé vend de la drogue. Elle fronce les sourcils. Voilà donc une partie de ce que voulais dire Hjordis. Lui qui vendait du lait à l’époque, voilà qu’il vend autre chose, et ce n’est pas glorieux. Elle croise ses bras sous sa poitrine et s’approche de lui. Une ruelle, avec personne autour, il ne pouvait pas vraiment lui échapper. Alors, elle se racle la gorge et lance des phrases aussi piquante que sa rancœur.

« Alors, c’est donc pour devenir cela que tu m’as arraché à la terre 270 ans et des poussières ? »

Elle s’approche de lui, se montrant un peu plus.

« J’espère que tu ne m’as pas oublié, Julian, depuis tout ce temps. Ce n’est pas le cas de ta maudite fille en tout cas. »

Jouons la carte qui fait mal. C’est ce qu’elle se disait.

« Mais j’imagine que tu as une agréable explication pour m’avoir arraché le cœur, et maintenue tout ce temps dans une pièce poussiéreuse telle un bibelot ! »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 325
gallions : 2041
Voir le profil de l'utilisateur http://doptest.forumactif.com
Jeu 26 Juil - 9:42
I hate You, I love You
Mathian


@"Julian de Saxe" & @"Mathilde de Kavisto"
Il y a des semaines plus productives que les autres en matière de vente. Les ventes sont plus solides lorsque nous avons quelques voyageurs qui s'aventurent sur l'île pour quelques jours, voir quelques semaines. Les derniers jours avaient été un véritable cauchemar industriel; ils avaient manqué de drogue tellement la demande avait été forte. J'avais dû faire une liste pour les clients qui n'avaient pas pu en recevoir, le temps que nous préparions la recette. Mon fils était à l'heure actuelle en train de préparer de nouveaux sachets avec notre plus fraiche récolte, que je permettais de distribuer dans mon bureau. Cela faisait déjà quelques heures que je faisais face à des clients insatisfaits de notre pénurie, et que je récoltais les plaintes. La fatigue s'étant accumulé, je devenais de plus en plus impatient. Remettant un sac à un jeune client, je n'entends pas la porte qui s'ouvre et qui se referme. Mais lorsque mon attention se porte sur la longue robe sortie d'un autre siècle, mes yeux se plissent. Est-ce que je rêve? Mathilde?

Je fais signe au jeune homme de quitter la pièce, ce qu'il fait en quelques pas. Je croise les bras, tentant de préserver mon intégrité. Au fond de moi, je panique. Comment est-elle vivante? Depuis combien de temps marche-t-elle parmi les vivants? Qui a bien pu la réanimer, et comment? Qu'est-ce que le monde avait mérité pour qu'une telle abomination revienne parmi nous?

"Tu aurais dû la brûler quand tu avais la chance Julian...Tu sais, si j'avais été avec toi à ce moment, j'aurais pu t'épargner ce trouble"

Je tente d'ignorer la voix de Jules, et me concentrer sur Mathilde. Ses paroles ne m'affectent pas. Enfin, jusqu'à ce qu'elle mentionne ma fille.

- Je t'interdis de t'approcher de ma fille, Mathilde.

J'ai une voix autoritaire et sèche. Je sens la pression de Jules contre mes temples. La fatigue m'empêche de vraiment lui résister. Son influence est palpable, et il serait peu surprenant qu'il me surplombe dans les prochains minutes. De toute manière, je ne crois pas avoir la force de supporter une telle rencontre ce soir.

" Tu sais, Mathilde et moi pourrions nous entendre à merveille..."

" Ferme-la Jules"


Je me lève de mon bureau pour m'approcher d'elle. Elle me répugne. L'idée qu'elle vivre encore est révoltant. Elle est un monstre, voilà pourquoi je voulais qu'elle vivre six pieds sous terre.

- Que voudrais-tu que je répondre à cela? Attends-tu des excuses de ma part? Tu étais devenue incontrôlable, voilà pourquoi. Et tu n'aurais jamais dû revivre. Je plains le monde de ton existence...

Je peux sentir la satisfaction de Jules à travers mes paroles. Parfois, je me demande à quel point nous sommes différents moi et lui.

" Tu apprends vite..."

Je me positionne devant elle et plante mon regard froid dans le siens. Il n'y a aucune vie dans ses yeux; aucune chaleur. Elle est un corps mort qui déambule parmi les vivants. Une abomination.

- Tu croyais vraiment qu'après toutes ses décénnies, je serais encore un laitier qui ne sait pas porter ses culottes? Tu as une faible estime de moi dans ce cas. J'ai appris de mes erreurs. Et la prochaine fois, je te brulerai pour m'assurer que tu restes sous terre. Maintenant, fiche ton camp avant que je m'irrite.

Je reste calme et impassible. S'il fallait qu'elle s'énerve, Jules finirait par intervenir. Et là, je ne crois pas qu'il l'épargnerait.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 325
gallions : 2041
Voir le profil de l'utilisateur http://doptest.forumactif.com
Jeu 26 Juil - 9:43
I hate You, I love You
Mathian


@"Julian de Saxe" & @"Mathilde de Kavisto"
Il lui donnait des ordres ? Concernant sa peste de fille ? Elle hausse un sourcil et sourit en coin, jouant encore la carte qui fait mal.

« Premièrement, c’est ta fille qui vient dans ma boutique, je t’ai toujours dis de la tenir en laisse celle la. »

Piquée. Touchée. Coulée. Mathilde n’en croyait pas ses oreilles. Elle n’espérait pas ce genre de retrouvaille, elle espérait qu’il s’excuse et qu’il lui dise qu’il l’aime, et ce pour qu’elle puisse lui en faire baver un maximum, et finalement, c’est elle qui en bave. Chaque mot sortant de sa bouche faisait foi d’une flèche dans son cœur.  Elle reste là, à l’écouter, sentant son cœur se déchirait d’avantage. Elle l’aimait c’était certain, mais n’avait elle pas assez souffert dans sa vie ? Il fallait qu’il l’achève ? Elle le regardait, jusqu’à ce qu’il prononce ces derniers mots qui lui font l’office de torture. Mathilde perd littéralement son calme, elle serre des poings et le fixe d’un regard vraiment méchant.

« Je te déteste. »

Elle se tourne et trouve des poubelles et des cagettes en bois. Elle attrape un sac et en lance un sur Julian, puis un second, puis un troisième, se mettant à lui lancer des cagettes sans vraiment lui laisser le temps de réagir. Des larmes coulaient sur ses joues. Elle en avait ras le bol. Elle voulait juste reprendre sa vie d’avant, avoir un fiancé digne de confiance, avoir des amis, et de quoi se nourrir. Lorsque le dernier sac poubelle est lancé, elle se tient debout, les joues trempées. Fragile Mathilde. C’est plutôt dure d’entendre dans la bouche de celui que vous aimez qu’il aurait du vous bruler et qu’il plaint le monde de son existence. Tombant contre le mur, Mathilde y colle sa tête et revoit plusieurs images les concernant. Ils étaient heureux, et si sa soif de sang lui a fait perdre les pédales, cela ne lui laissait pas le droit de la briser d’avantage.

« Pour ta gouverne, tu étais beaucoup pour moi. J’me trouvais belle avec toi, j’me trouvais être une femme. Et après ce que j’ai vécu, c’était la moindre des choses. Je n’ai pas été facile, mais ça ne te donne pas le droit de me dire tant de choses horribles. Sur ce, je crois qu’on a plus rien à se dire finalement. »

Brisée. Touchée. Coulée. Hjordis avait amplement raison, ce n’est plus le Julian qu’elle avait connu, ce n’est plus SON Julian. Ce n’est plus celui qu’elle aimait tant. C’est un inconnu qui veut la voir morte. Rien ne se passe comme prévu, et ça c’est sans doute le pire scénario. Ce sont les pires retrouvailles que Mathilde aurait pensées. Elle lui lance un regard, et frisson lui parcours l’échine, c’était évident, même physiquement, il ne ressemblait plus à SON Julian. Bon, d’un coté, il venait de se prendre plusieurs poubelles et cagettes, donc peut-être qu’il avait envie de mettre à profit ses menaces. Mais, à vrai dire, Mathilde préférait être morte que d’avoir entendu de telle chose, que de savoir qu’il la déteste à ce point-là.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 325
gallions : 2041
Voir le profil de l'utilisateur http://doptest.forumactif.com
Jeu 26 Juil - 9:43
I hate You, I love You
Mathian


@"Julian de Saxe" & @"Mathilde de Kavisto"
Voir Mathilde aussi crispée par la colère a quelque chose de réconfortant. Je ne pourrais dire ce qui fait en sorte que j'aime la voir souffrir ainsi, mais c'est bien le cas. J'aimerais qu'elle souffre autant que j'ai souffert après l'avait enfoui sous terre. J'aimerais qu'elle comprenne tout ce que j'ai dû sacrifier pour elle; la dernière part d'humanité qui me restait. À cause de ses conneries, j'avais dû laisser de côté cette part de moi qui ne demandait qu'à aimer pour me tourner vers cette part de mon âme qui requiert sang et sacrifice. J'avais eu du plaisir à faire souffrir l'ex-mari de Mathilde, et cela avait détruit en grande partie ma personnalité d'avant. Il n'y avait pas de retour possible. J'émets un drôle de sourire lorsqu'elle me dit qu'elle me déteste. Cela ne m'affecte pas.

- Tu me détestes? C'est bien. Moi aussi.

Je crache mes paroles plus que je les dis. La haine que j'ai pour cette femme est sans limites. Je lui cache aucunement ma rancune, la foudroyant d'un regard de mépris. Et comme la folle qu'elle est, elle commence à me lancer des boites de bois. Je ris pour la première, mais les deux dernières m'irritent d'avantage. Elle est folle, ça y est. Elle a toujours été déjantée, mais la folie l'a emportée depuis son réveil. Je me prends un coin de boite sur le sourcil, ce qui fait éclater une part de ma colère. Mais au lieu de la laisser sortir, je perds conscience une fraction de seconde.

ET BOUM! C'est au tour de Jules d'intervenir.

Je passe une main sur mon sourcil, lançant un drôle de rire tandis que Mathilde lance le dernier sac en ma direction. Je laisse la femme faire sa crise d'hystérie, souriant en sa direction. Cette scène m'amusait franchement trop pour ce qu'il en était. Mais il fallait bien que je calme le dragon en colère. Et bien que Julian ait une profonde haine pour elle, je pouvais compatir avec ses maux. Après tout, j'avais eu une profonde admiration pour ses exploits d'antan. Je l'écoute baragouiner des paroles, hochant la tête en m'approchant d'elle. Je m'accroupies proche d'elle, le regard planté dans le siens.

- Ca y est, c'est sorti? Parce que malheureusement, Julian n'aura pas entendu vos plaintes. Il s'est évanouit lorsque vous lui avez lancé la canette à la figure. Beau lancé au passage. C'était bien amusant. Mais du coup, je suis désolé de vous apprendre que Julian est absent pour une durée indéterminée. Mais cela me ferait plaisir d'avoir une discussion plus posée avec vous. Je me nomme Jules.


Je lui tends ma main, un sourire plat parcourant mon visage. Lorsque je suis en possession de notre corps, j'ai une carrure moins crispée que Julian, ainsi qu'un regard plus mystérieux (tandis que Julian a un regard troublé). J'ose espérée que Mathilde comprendra qu'il se s'agit pas d'un canular mais bien d'une personne complètement différente. Il faut dire que bien que j'aie la répulsion d'être sanguinaire et immature, j'ai tendance à avoir une meilleure retenue que Julian. Je sais manipuler, tandis que Julian explose si rapidement dans une situation qu'il finit par tout fouttre en l'air. Mathilde avait toujours été un sujet intéressant pour moi, c'est pourquoi je me permets d'adopter une ouverture envers elle. Elle devrait se compter chanceuse, rares sont les personnes qui auront eu ce genre de sympathie de ma part. Et puis, même si j'aimerais d'avantage possédé le corps de Julian en permanence, je tiens à son bien. Et sachant qu'au fond de lui, il aime encore la vampire, je me dois de pleine conscience de tenter de colmater les mots durs qu'il venait de lui dire... Quoi que j'ai bien apprécié son attitude à son égard. C'était remarquablement distrayant.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Draught of Peace :: Flood :: RP HS-
Sauter vers: